Mis en orbite le

Sorcières

Par où commencer ?
Déjà, je tiens à dire que j’ai rarement autant ressenti cette sensation, celle de lire un livre important, utile.

Dépassez s’il vous plaît les clichés que vous pourriez peut-être avoir en tête en lisant « puissance des femmes invaincues », ah ces féministes, blabla. Que sais-je. Mona Chollet aborde tellement de thématiques importantes et pourtant si méconnues, si oubliées, si volontairement effacées de l’Histoire… et qui pourtant expliquent tout de nos sociétés, de nos inégalités, de nos combats, de nos injustices…

J’aurais voulu photographier chaque page — écriture fluide, on est en train d’écouter une copine hyper cultivée et intéressante, qui sait raconter les histoires, argumenter, retrouver le fil, organiser sa pensée, bref qui déballe toutes les connaissances, tous les raisonnements qu’on voudrait pouvoir brandir dans une conversation mais qui se barrent dès qu’on ouvre la bouche (enfin, la mienne en tout cas) —, j’aurais voulu annoter chaque paragraphe. On parle de sorcières, oui. On parle de religion, de femmes, d’homme, de puissance, de soumission, d’enfants, de désir d’enfants, de désir de ne pas avoir d’enfants, d’avenir, de luttes, de féminisme bien entendu, de trucs tellement durs envers les femmes que ça m’a scotchée et pourtant je ne suis pas une lapine de six semaines, de cheveux blancs, de Diable, même Loudun 8-6 represents est cité (ma ville natale)(je précise car sinon cet engouement soudain pour des bourgades un peu glauques du Poitou-Charentes, mais ô combien riches historiquement, serait un peu bizarre), de médecine, des bonnes femmes hystériques, de révolution. On parle de gynécologie, de violences, de machisme, on cite beaucoup de grands noms importants (je vous conseille par exemple de lire et suivre Martin Winckler, toujours édifiant…)

Sorcières fait mal et fait du bien, c’est un chaud-froid passionnant à expérimenter, hyper bien documenté, hyper entraînant dans la grande valse du bordel de ce monde, de l’ancien monde (ah oui, attention, les bûchers de sorcières, cessez de croire que ça se passe au Moyen Âge, d’ailleurs cessez de croire que le Moyen Âge est une époque de gros tarés, que nenni, enfin disons pas plus que la Renaissance qui a fait brûler des centaines de femmes… ou que notre époque actuelle qui… vous savez), du monde actuel (franchement on croit qu’on est modernes, qu’on patauge dans le sacro-saint progrès en nous pensant au paroxysme de l’intelligence, mais bon soyons réalistes…).

Un essai  dévoré comme si c’était un roman policier, en quelques heures, une grande réflexion en cours sur tout qui nous reste encore à faire, sur ces chasses aux sorcières qui perdurent, qui sont le quotidien de tous, et une lecture dans laquelle je pense énormément de femmes vont se reconnaître…

À faire lire à vos hommes comme à vos femmes. À disséminer, à propager, à brandir comme un étendard contre l’injustice. Merci Mona Chollet (du coup, j’ai acheté tous ses autres bouquins, ah ben hein, quand une voix résonne en vous, ça vaut le coup de l’écouter, c’est pas tous les jours !) — Ah et aussi, je les voyais passer mais n’avais jamais lu leurs livres : Éditions Zones, un super éditeur dont je vous conseille le catalogue (je suis aussi dedans)(et les livres sont très beaux).

*

Sorcières : la puissance invaincue des femmes
écrit par Mona Chollet
édité par Éditions Zones

ici